Mon pire moment de solitude

cw39qiul

 

Il est tard mais je n’ai pas oublié mon défi à gagner. Alors je prends le temps avant de me mettre au tricot, de vous confier quelle fût mon pire moment de solitude.

Et oui, aujourd’hui c’est un aveu que je vais vous faire en vous dévoilant

 

Jour 14

 

 

On est bien d’accord, le défi de novembre est bien celui-là :

 

logo-billets-defi-novembre

 

Alors, je vais vous raconter ce que j’ai osé faire. J’étais en 4ème au Lycée Saint-Sernin de Toulouse en 1974. En 1ère langue, je faisais du russe. Pourquoi cette langue ? Et bien d’une part, ma soeur l’avait choisie aussi donc je me disais qu’elle pourrait m’aider dans mes devoirs. Ensuite, si vous commencez un peu à me connaître, ou pas, j’avoue que j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Et l’alphabet russe est très beau. Ce sont des signes, qui, je l’ai réalisé deux ans plus tard, ressemble un peu à de la sténo. Ce sont des signes bien particuliers, que l’on nous fait écrire sous forme de gamme pour bien les mémoriser.

Donc, j’avais cours de russe avec Melle LE POITEVIN, une prof super sympa, blonde, élancée et qui portait des lunettes. Ma soeur Nicole comme par hasard avait la même prof que moi. Mes copains, copines de classe et moi-même attendions devant la porte de la classe. La prof est arrivée, nous sommes rentrés dans la salle et nous nous sommes installés à nos bureaux.

Je suis quelqu’un de très farceur et ce devait être sans doute la période l’adolescence qu’on appelle « l’âge bête ». On fait n’importe quoi, on aime bien se faire remarquer. Alors au bout d’un petit quart d’heure, j’ai laissé glissé sous les bureaux une petite boule qui en éclatant a dégagé une odeur infâme qui sent la m………

Et oui, j’ai osé faire ça. J’aurai pu me faire punir, prendre une heure de colle. Je ne sais pas comment elle l’a su, mais elle m’a regardée et m’a interrogée. J’ai dû avouer que j’avais envie de m’amuser mais en fait, je me suis payée la honte de ma vie. Je me suis sentie toute bête car toute le monde me regardait et même si certains avaient envie d’en rire, ils s’en sont abstenus. Ce n’était pas le moment de se faire remarquer.

Melle LE POITEVIN nous a demandé d’ouvrir toutes les fenêtres même s’il faisait froid et en attendant que cette odeur immonde ne s’évapore, nous a fait sortir dans le couloir.

Pour moi c’était bien de l’amusement mais elle n’a pas apprécié. C’est vrai, si vous en avez déjà senti une, vous vous souvenez quel effet ça fait. On a presque envie de vomir.

Ce n’était pas très original comme blague mais quand on est jeune, ado, on est un peu bête sur les bords. La prof a été cool, je n’ai eu droit qu’à une bonne engueulade mais pas de punition.

Voilà mon pire moment de solitude.

 

 

595154d9

 

5 réponses sur “Mon pire moment de solitude”

  1. He he, toujours sympa le coup de la boule puante 😀

    Dans le même genre, en cours de néérlandais, on avait mis une boule puante sous la chaise de la prof, entre l’armature en métal et la partie en bois où on pose ses fesses.
    Une fois que la prof s’est assise, résultat immédiat 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.