Boucles couleur azur

Après avoir travaillé hier après-midi au modelage de certains bijoux, j’étais impatiente en pensant à cette journée. En effet, j’allais réaliser une paire de boucles d’oreilles plus personnalisées que les précédentes.

En fait, pour cela, il me fallait bien entendu un tas d’accessoires que je n’avais pas jusque là : des aiguilles, des anneaux et tout un ensemble de perles couleur argent.

La 1ère difficulté a été de savoir de quelle manière j’allais monter mes perles en polymère. Un, puis deux, puis trois essais et j’avais trouvé exactement ce que je recherchais.

Sans mentir, j’y ai pensé facilement 3 heures parce que j’ai d’abord voulu trouver un guide, un tuto. C’est la 1ère fois que je réalise cette forme de bijoux et je ne peux m’aventurer sans quelques conseils.

Sans plus attendre, voici ma parure couleur azur.

 

 

Pas facile pour moi de choisir les différents charm’s intercalaires pour cette paire de boucles d’oreilles. Et puis surtout il m’a manqué une deuxième pince pour tenir l’anneau qui a permis de fixer le support. Mais ça y est, mon époux est dans le bâtiment et m’a donné 2 autres paires de pinces. Maintenant je suis plus à l’aise pour manier mes anneaux.

 

 

Pour mes prochains bijoux, je dois commander des petits accessoires tels que d’autres charm’s représentant des figurines pour varier encore plus mes réalisations.

Je serai un peu plus experte d’ici quelques semaines et j’espère pouvoir vous montrer très bientôt ma petite collection.

Noël arrive à grands pas et pourquoi ne pas envisager la réalisation de parures à offrir. Quoi de mieux qu’un bijou fabriqué de mes petites menottes.

 

Défi remporté !

Coucou, me voilà de retour. Oui je sais, il y a longtemps que je n’ai pas posté mais voilà, aucun projet en vue et surtout le départ en congés pendant une dizaine de jours au bord de la Méditerranée. Mais ça y est, je suis revenue et j’espère pouvoir poster régulièrement.

Il y a quelques temps, le groupe “Couture Plaisir” dans lequel je me suis inscrite a lancé un nouveau défi : réaliser un chapolaire pour le 30 septembre. Mon envie d’y participer était très forte et quand j’ai lu le tuto, je me suis dit : pourquoi pas ? Après tout, même si je ne gagne pas (ce n’était pas mon but), au moins je vais réaliser pour la 1ère fois un couvre-chef qui me plaît beaucoup et puis comme il n’y a pas longtemps que je me suis remise à la couture, ce sera une nouvelle expérience pour moi.

Donc, me voilà lancée dans l’achat de polaire noire et d’une doublure. C’était sans compter que je n’avais pas lu les explications très précises qui stipulaient qu’il ne fallait justement pas utiliser de la doublure car le chapolaire n’aurait pas de tenue.

J’ai réalisé mon chapolaire mais voilà, arrivée au moment de le mettre sur ma tête, en fait, on aurait dit que je portais le couvre-chef d’un célèbre peintre. LOL. Et oui, c’est l’image que j’ai donnée à ma frangine lorsqu’elle l’a vu sur moi. J’en rigole encore car ce chapolaire était bien trop grand. Je m’étais trompée dans les dimensions. J’avais confondu rayon et diamètre. Les maths et moi, nous n’avons jamais été copains.

Alors, lorsque ma frangine est venue passer quelques jours à la maison, elle a entrepris de le découdre car elle se doutait qu’il y avait de grandes chances que je laisse tomber ce défi. Je débute dans la couture et voyant le résultat de mon travail, j’étais dégoûtée. Je devais partir en congés 2 jours après et à notre retour, je pensais que je n’aurai pas trop de temps pour le refaire.

Et voilà, frangine tu as bien fait et je t’en remercie car sans toi, je n’aurai jamais remporté mon propre défi.

Et comme les choses ne devaient pas se faire aussi facilement, ma MAC a fait des siennes. D’abord, l’aiguille ne voulait pas prendre le fil du dessous, ensuite j’ai eu droit au bourrage. Alors après 2 H à chercher à comprendre pourquoi ma MAC me jouait de vilains tours, j’ai cherché de l’aide sur mon site favori. Tenter de coudre avec du papier journal sous la polaire pour qu’elle glisse mieux lors de la piqûre, changer d’aiguille par une spéciale jersey, régler différemment la tension du fil et la largeur du point. Mais non, ma MAC était bien décidée à me mettre des bâtons dans les roues.

Alors Nicole, une fois de plus mon ange gardien, m’a conseillé de refaire ma canette. Faut que je vous dise tout de même que je l’avais déjà refaite au tout début du montage. J’ai donc refait cette maudite canette qui était la cause de tous mes soucis. Et après 4 H de travail de méninge, j’ai eu la magnifique surprise de voir un joli travail de piqûre sur mon chapolaire.

Je suis heureuse, ça y est ! J’ai réussi et remporté mon défi. Mon chapolaire est enfin terminé et j’ai le grand plaisir de vous montrer le résultat final !

 

 

Je suis tellement heureuse de l’avoir terminé que j’ai soudainement l’envie d’en réaliser un autre. Mais pour celui-là, je vais prendre le temps de trouver le tissu et la polaire. J’ai déjà ma petite idée et je vous propose de vous montrer le résultat d’ici quelques jours.

Si vous l’avez trouvé réussi, si vous avez aimé cet article, partagez le et surtout revenez me voir très rapidement car j’ai un autre projet en tête à vous faire découvrir. J’aurai grand plaisir à lire vos commentaires. J’ai en tête un projet très précis pour une occasion très particulière et destiné à une personne très particulière.

 

A ton tour !

Après confections multiples pour les autres, il est bien normal que Nicole pense aussi à se faire plaisir en réalisant pour elle-même des toilettes pour renouveler sa garde-robe. En même temps, avec le choix multiple des tissus que nous offrent les différents commerces et la toile, quoi de plus plaisant que de porter une tenue réalisée soi-même.

Il y a quelques semaines, une journée entre soeurs et nous voilà lancées dans la réalisation d’un mannequin en scotch. A l’époque, je n’avais pas le scotch adéquat pour le réaliser. Scotch orange, bien trop mou même après plusieurs tours, le mannequin n’a pas la même tenue que celui de Nicole.

Donc, me voilà en quête de bons rouleaux de scotch marron.

Après mon rendez-vous hier matin chez ma coiffeuse pour la couleur et les mèches, faut bien que je soigne ma tenue moi aussi, je prends la direction de Grenade rejoindre ma frangine.

Un bon café, du papotage entre soeurs, commentaires sur les différents défis auxquels nous nous sommes toutes les deux inscrites, un bon repas, du café, quelques courses pour Nicole qui souhaite aménager son coin couture.

Et nous voilà de retour ! A l’attaque les filles ! A moi la rigolade pour scotcher ma frangine. Façon de parler me direz-vous ! Nicole enfile un vieux tee-shirt, des restes de tissus pour enrouler autour de son cou.

Les premiers tours de scotch sont donnés, sur les hanches, à la taille, sous la poitrine. Je suis presque à la lettre le tuto conseillé par quelques copinautes.

Heureusement la journée d’hier n’était pas aussi chaude que lors de la réalisation de mon mannequin. Malgré tout, au bout d’une petite heure, j’ai commencé à avoir des suées. Un rouleau de scotch entier, des tours et des contours sur les hanches, à la taille ne suffira peut-être pas pour être certaine qu’il ait de la tenue. Pas facile de voir si j’ai oublié des épaisseurs alors je n’hésite pas à en rajouter car j’ai pris avec moi 3 rouleaux entiers, donc j’ai de la marge. D’ailleurs, Nicole commence à en ressentir les raideurs sur son corps et ses mouvements sont moins aisés.

Allez, je ne vous fais plus mariner. Pratiquement 1 H et demi après la pause des premiers morceaux de scotch, voilà le résultat qui satisfait totalement Nicole car on constate qu’effectivement le choix du scotch est important ainsi que l’épaisseur.

 

Super ! Maintenant frangine, à toi de bosser. On attend impatiemment de voir ton 1er bustier ainsi que tout ce que tes petites mains pourront réaliser à partir de ce mannequin en taille réelle.

A toutes, je souhaite un

 

 

Partage bien mérité !

Avec ma grande soeur, je me suis remise à la couture il y a environ 2 mois mais je ne suis pas aussi douée qu’elle.

Alors n’ayant pas les mêmes talents pour réaliser des tenues qui me font une grande envie, je lui ai passé commande au début de l’été pour 2 ensembles sarouels.

Aujourd’hui, elle a terminé mon 2ème ensemble par la réalisation de son premier bustier à partir de l’ouvrage “Les Cahiers de Couture” de Créapassions.

Et comme elle vient de publier son article concernant son dernier ouvrage, j’ai envie de vous le faire partager. Alors, n’hésitez pas. Allez visiter son blog et vous constaterez qu’elle a de réels talents de couturière. Tout est dans la finition mais aussi sa touche personnelle pour customiser une tenue.

Habitant à 70 kms environ l’une de l’autre, pour peaufiner la position des appliqués, nous avons échangé en vidéo pour vérifier les moindres petits détails.

Merci à toi Nicole d’avoir pris autant de soin à réaliser ce bustier.

Prenez un peu de temps et vous ne regretterez pas ce voyage dans

 

 

L’Atelier d’Au

 

 

 

100 Fimoteuses

Bonjour en ce dimanche ensoleillé !

J’ai rejoint il y a quelques semaines un petit groupe, qui grandit de jour en jour. Au sein de ce groupe, j’ai fait des rencontres qui m’ont permis de découvrir un monde où la création et l’imagination vont de paire.

Après quelques hésitations, me voilà furetant sur le net et dans les magasins à la recherche des premières pâtes polymères qui vont me donner l’envie de créer mes propres bijoux et qui sait, lorsque je serai un peu plus experte, des bijoux que je pourrai offrir autour de moi et à ma petite famille en premier lieu.

Aujourd’hui, Eve  a envoyé une invitation que je vous fais partager. Atteindre le nombre de 100 fimoteuses à la date du 31 août.

Si cette activité vous tente, si vous avez envie de nous faire partager votre passion,

Venez nous rejoindre pour que notre groupe Fimoti Fimota atteigne le

31 Août 2012

le nombre des

 

J’espère que vous serez nombreuses à nous rejoindre et que nous pourrons partager ensembles d’agréables moments et de belles créations.

Couleur bleu azur

 

 

Après quelques jours de silence, me voici enfin en week-end pour réfléchir à mes prochaines créations.

Un rapide choix parmi ma palette de couleurs, je fixe mon choix sur du bleu marine, du bleu ciel et du blanc. Comme à mon habitude, je révise mes leçons en visionnant les différents tutos. En fonction du matériel et des accessoires en ma possession, me voici : je malaxe mes différentes couleurs puis les assemble.

Je crée mes boudins que j’aplatis, que je tresse à plusieurs reprises. Quelle forme donner à mes bijoux ? Et puis surtout que vais-je réaliser comme bijou ?

Je réfléchis et puis comme de notre sortie au Pas de la Case voilà 2 semaines, j’ai ramené une montre au bracelet couleur bleu azur, c’est décidé. Ma parure sera assortie à ma nouvelle montre.

Je prépare devant moi les attaches pour les boucles d’oreilles, mes aiguilles pour percer les boules, mon support de bague carré.

Enfin, je monte ma bague très facilement. Ce qui a donné le plus de travail à mes petites méninges car je n’ai pas encore la technique pour fabriquer moi-même mes bijoux, c’est la manière d’assembler les différentes parties. Avant la cuisson ou après ?

Je me lance, faut bien sinon je vais la regarder pendant très longtemps et au final je n’en aurai rien fait de cette jolie pâte aux couleurs azur.

Qu’est-ce que vous en pensez ? Ca va le faire non ? Avant la cuisson, moi je la trouve très jolie cette future parure. Mais après, comment la terminer ? Ouille ouille ouille ! Je crois que je vais encore hésiter avant de voir le résultat final. De toute façon, si je la rate et bien tant pis, j’en serai pour la recommencer.

De toute manière, il n’y a qu’en faisant des erreurs qu’on progresse.

Allez, on enfourne pour 30 mn à 130°C. Impatiente de voir le résultat et surtout pour ne pas rater la cuisson en oubliant mon four, je programme sa durée.

Demi heure plus tard, je laisse mon projet refroidir et puis j’applique une 1ère, puis une seconde couche de vernis.

Au final, je ne suis pas trop déçue du résultat même si je trouve que ma parure a quelques petits défauts. Mais comme dit ma frangine,  L’Atelier d’Au, c’est là qu’on voit une création faite main.

Page “Fan”

Après une nuit plutôt courte, lecture de ma messagerie privée. Ma grande soeur m’écrit quelques conseils pour changer le nom de ma page “Fan” sur Facebook. Car c’est vrai que je n’étais pas satisfaite du nom dont je l’avais baptisée et je ne savais pas jusqu’à ce matin, si je pouvais le modifier.

Quelques manips et voilà, ma page “Fan” a changé de nom trop évasif. Loisirs Créatifs est devenue “Au Pays de Kristen“. Un pays imaginaire, peuplé de petites gens où tout n’est que rêve et magie.

Bonne journée à toutes celles qui viendraient visiter mon blog et ma nouvelle page.

 

Image du Blog lecoffreauximages.centerblog.net

J’ai fait pousser des roses !

Croyez moi ! Si si, j’ai décidé de faire pousser des roses. Mais je ne sais d’où elles viennent car je n’ai pas de graine.

En fait, mes roses sont nées de mon imagination ! Et oui mon imagination qui vagabonde comme moi je peux le faire depuis que j’ai découvert cette étrange pâte qu’on appelle polymère et qui donne soit d’étranges personnages, soit de magnifiques bijoux ou autres créations aussi magnifiques les unes que les autres.

Pour ma part, mes petites roses sont nées avec la curiosité dont je fais preuve en naviguant sur notre si précieuse toile. J’ai découvert à travers différents tutos comment créer de magnifiques roses. Et l’envie de faire naître mes propres roses m’est apparue comme une évidence.

Dans mes premiers achats, je n’avais pris que très peu de couleurs mais je ne pouvais pas ne pas acheter ma couleur préférée qui est le mauve. Donc la 1ère rose à créer a été moulée avec cette couleur parsemée de petits pigments brillants.

Ce week-end, j’ai complété mes accessoires et produits destinés à la fimo. Entrez autre, à défaut de feuilles d’or destinées à une prochaine parure de boucles d’oreilles, j’ai pu trouver une fine poudre d’or. Après la cuisson de ma rose et complet refroidissement, j’ai passé au pinceau une très fine couche de poudre d’or que j’ai fixée au spray.

Puis intriguée par les différentes manières de réaliser des roses, j’ai créé ma rose rouge que j’avais destinée à la monture d’une bague. C’était tout d’abord sans compter que le support bague que j’avais acheté samedi n’était pas le mieux adapté (il en existe diffférents modèles) et puis ma rose est un peu trop grosse pour être portée en bague. J’espère lui trouver une autre destination.

Je suis depuis peu inscrite dans un groupe ouvert sur Facebook, “Fimoti Fimota” et là j’ai pu rencontrer des personnes charmantes, qui ont la même passion que moi. Car oui, je dois l’avouer, la fimo est devenue très rapidement une passion et je ne peux plus m’en passer. Quand je termine ma journée au boulot, je voudrais avoir la même journée mais à ne pratiquer que cette nouvelle activité.

N’avoir que du temps pour moi, pour visionner des tutos qui m’aident à progresser et à trouver de nouvelles idées. Voilà, c’est pour cela que je suis impatiente d’être à la retraite, pour pouvoir faire tous les jours ce que j’aime. Mais bon, ne rêvons pas. J’en ai encore pour quelques années.

Donc si je n’ai pas trop de temps de libre, j’essaie d’en trouver un peu et le destine à la fimo comme à d’autres activités manuelles mais qui ont moins d’intérêt pour l’instant que celui que représente cette merveille pâte, qui s’adapte aux formes que vous voulez bien lui donner.

Alors ce matin, ayant du temps devant moi avant de prendre la route pour mon travail, j’ai réalisé une nouvelle rose, venue tout droit de mon imagination. J’ai tressé deux petits boudins de couleur rouge et blanche. Je les ai travaillés de façon à faire apparaître quelques nervures blanches. En voici le résultat, qui je dois le dire, a été plus rapide que pour les précédentes car je n’ai pas été obligée de la recommencer plusieurs fois. Je la voulais beaucoup moins grosse que les autres car celle-ci sera montée en bague après mon prochain achat. Ici, elle n’a été ni vernie ni recouverte de poudre d’or comme pour les 2 autres.

J’espère que mes premières fleurs vous ont plu. En attendant de nouvelles créations, je vous invite à découvrir notre groupe sur Facebook où vous serez accueillis amicalement.

La housse de ma MAC

Pour organiser ma reprise en main de ma machine et me lancer à nouveau dans la réalisation de vêtements et autres accessoires, ma grande soeur Nicole a passé tout un week-end à la maison.

Nous avons avant tout commencé l’achat de fournitures essentielles à une couturière, même débutante (ciseaux, mètre de couturière, bobines de couleurs de base, épingles, canettes supplémentaires, crayons marqueur) et avant tout le 1er article qu’une couturière doit posséder le découd-fil.

1ère leçon : Nicole m’a permis de découvrir les différentes utilisations de ma machine à coudre SINGER comme les différents points, comment réaliser une canette, enfiler mon fil, surpiquer, réaliser une boutonnière. Tout une série de possibilités dont j’ignorais leurs existences.

Avec le tissu couleur anis acheté chez Mondial Tissu, Nicole m’a donné les différents conseils pour couper les différents morceaux de la future housse de ma MAC.

 

Après une journée de travail et reprise le lendemain, ma machine à coudre avait sa propre housse, housse très pratique qui évitera à la poussière de l’envahir.

Et voilà ! Tadam !!!

 

 

Collier R & B

 

 

Mon 1er essai de ce matin m’a procuré beaucoup de plaisir à réaliser mes boucles d’oreilles. Quand vous aimez une activité, vous avez bien entendu l’envie de la pratiquer à nouveau. Je peux comprendre les accros de certaines activités, quelles soient sportives, décoratives, manuelles comme le tricot, le crochet et la couture. Alors moi, j’ai envie d’apprendre à utiliser de différentes manières la pâte polymère.

Donc cet après-midi, j’avais le choix entre plusieurs activités : la couture, le crochet ou la fimo. Et bien, j’ai choisi la dernière.

J’ai d’abord réfléchi à la réalisation de nouvelles boucles d’oreilles en forme de feuilles d’arbre. Mais comme je n’ai pas tout le matériel nécessaire, j’ai changé d’optique pour un collier sur fil élastique avec des boules de couleur uni et marbrées.

La difficulté pour réaliser  mes boules c’est qu’elles soient rondes et identiques. Chose  impossible pour moi pour l’instant ; je n’ai peut-être pas la technique pour obtenir un résultat impeccable. Donc comme ce collier m’est destinée, la perfection n’est pour l’instant pas ma priorité. Pour ne pas avoir un collier trop uniforme avec uniquement des boules rondes, j’ai intercalé des petites de couleur blanches et celles en 2 couleurs, je les ai transformées pour obtenir des petits boudins.

Pour éviter que les trous ne se referment pendant la cuisson, j’ai laissé les piques en travers ce qui m’a permis aussi de les manipuler plus aisément.

Un résultat en photo de l’avant-cuisson vous donnera une petite idée du futur collier !

Fin d’après-midi, les boules sont retirées du four pour le refroidissement avant de les vernir. C’est là que j’ai commis une grosse erreur car j’ai voulu les plonger avec leur support dans le vernis. Mal m’en a pris car en fait, j’ai eu beaucoup de mal pour certaines à retirer la pique. En fait, la prochaine fois je les vernirai au pinceau.

Le temps de séchage respecté pour le vernis et après beaucoup de temps à retirer la pique, j’ai enfilé mes boules et boudins sur le fil élastique. Pour ce 1er collier, je n’ai pas les accessoires pour le fermoir donc ce sera un simple noeud.

Petit ras de cou qui va me procurer du plaisir et de la fierté à le porter.