Collection de shamballas

C’est dimanche et je devrais en profiter pour dormir un peu plus que les autres jours, mais voilà Christine n’a plus sommeil.

Alors j’en profite pour vous montrer en ce jour mes dernières et anciennes réalisations de shamballas puisque je n’ai pas eu le temps jusqu’à aujourd’hui de le faire.

Je pense qu’il y en a pour tous les goûts puisque j’ai eu l’occasion de les montrer à mes collègues de travail et qu’ainsi j’ai pu avoir leurs avis qui différent.

J’ai réalisé certains avec des boules en fimo et d’autres achetées sur le Salon des Loisirs Créatifs qui a eu lieu du 18 au 21 octobre dernier à Toulouse. D’ailleurs, si je m’étais écoutée j’aurai dépensé une petite fortune tellement il y avait de choix.

Commençons par un 1er avec les boules fimo. C’était mon 1er essai car je veux en offrir un à ma fille qui part faire le tour du monde d’ici quelques jours. Mais un peu déçue de moi-même, je ne me suis pas arrêtée là car je pense que son choix se portera sur un autre modèle quand elle aura l’occasion de voir l’ensemble de ces bracelets.

 

 

J’avais profité pour cette occasion de vous montrer le pas à pas de sa réalisation. Pour moi, maintenant, c’est un jeu d’enfant et quand je ne suis pas très inspirée par la fimo, je prends tous les accessoires à ma disposition pour en réaliser un nouveau.

D’ailleurs avec la même pâte que pour ce shamballa, j’ai déjà réalisé une paire de boucles d’oreilles. Une autre est à venir. J’ai aussi et il faut que je m’y mette, un pendentif en attente.

 

 

Celui-ci est un de mes préférés. En premier lieu pour la couleur de ses perles car j’adore le violet et pour sa réalisation car j’ai fait des progrès. Il faut que je vous dise que pour débuter, j’avais trouvé des tutos sur le net et qu’à force de chercher, j’en ai découvert un qui est réalisé par missmar010. Ce tuto est tellement clair, en images et en conseils, que je m’en suis servie pour la réalisation des autres shamballas et que j’en ai fait profiter une amie qui ne parvenait pas à réaliser son 1er.

 

Ce shamballa a été réalisé avec des perles chinoises et une shamballa. Ici comme la photo est réalisée à la lumière artificielle, il n’est pas évident de se rendre compte de la couleur réelle. Alors voici en plein jour ce que cela donne.

La différence est claire comme vous pouvez vous en rendre compte. Les photos d’extérieur sont bien plus belles et permettent de voir les détails des perles que je trouve extrêmement belles.

Pour celui-ci j’ai choisi des perles en verre de couleur rouge.

Ce dernier est vraiment celui que je mets en 1er dans la liste de mes préférés.

Voilà la fin de ma petite collection et si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à les retrouver sur le net où j’ai ouvert dernièrement ma petite boutique sur le site “Fait-Maison“.

Mes boutiques en ligne

 

Mon idée en démarrant la création de bijoux en Fimo consiste surtout à créer des bijoux pour moi-même. Il y a à peine quelques mois que j’ai découvert cette pâte. Et puis, j’ai pris goût au fait d’avoir mes bijoux, à mes goûts. Pouvoir en offrir aussi est pour moi un réel plaisir. J’ai commencé à triturer cette pâte. Des échecs au départ m’ont permis de trouver mes erreurs, de me perfectionner. J’ai glané des conseils autour de moi, sur le net, dans mon groupe 10 ptits doigts sur Facebook, sur des tutos.

Lorsque je reste à la maison, je regarde la télé en même temps que je fabrique mes perles et j’ai découvert autant dans des témoignages sur le net que dans une émission, que les créateurs particuliers comme moi pouvaient mettre en vente leurs créations.

Ce matin, j’ai donc revisité deux sites de vente en ligne et j’ai ouvert mes 2 boutiques. Je ne sais pas ce que cela donnera d’ici quelques mois, mais comme ça ne me coûte aucun investissement à part celui de mes fournitures, pourquoi ne pas me lancer. J’ai ouvert ma 1ère boutique sur le site “Fait-maison“, j’y ai rajouté mes bijoux classés par catégorie et sur un autre site beaucoup plus connu “ALitteMarket“. Pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de bijoux en vente mais je me prends au jeu et je me dis que d’ici quelques mois, le produit de mes ventes pourrait me permettre de me réapprovisionner en fournitures et pourquoi pas conquérir le petit monde des nouveaux créateurs.

Maintenant, je n’ai plus qu’à peaufiner mes créations !

J’ai d’ailleurs le plaisir de vous présenter mes dernières créations.

 

 

 

Toulouse – Tendance Créatives !

Nous attentions ce salon avec impatience. Le rendez-vous était pris avec Nicole et Sophie pour samedi. Malheureusement pour des raisons de santé, je ne les ai pas accompagnées.

J’espèrais bien que dimanche, dernier jour du salon, je serai d’aplomb et voilà ! C’est chose faite. J’étais très excitée à l’idée d’avoir une journée entière pour moi tout en sachant que tous les rayons ne m’intéresseraient pas. Mais ça valait tout de même le déplacement.

Pour moi, la priorité allait vers tous les accessoires pour réaliser mes petits bijoux. J’ai découvert un stand immense, et comme j’étais devant à l’heure d’ouverture, il n’y avait pas encore grand monde. Rien à voir avec la fin de la matinée.

J’ai pu en faire le tour d’abord une 1ère fois pour tout regarder mais il y en avait tellement que mes yeux étincelaient dans chaque direction. Mes choix furent très difficiles mais il me fallait me décider.

De magnifiques perles shamballas de grande et petite taille,  du cordon, des tours de cou, de poignet sont venus remplir mon petit bol, un passage en caisse et me voilà furetant entre les divers stands (scrapbooking, laine, peinture, poupées en feutrine, tissus divers et très colorés, tableaux, serviettages, etc…).  Sincèrement, il y en avait pour tous les goûts.

Mon attrait pour ce salon est bien entendu de me fournir en apprêts pour réaliser mes bijoux et au détour d’un couloir, j’ai découvert un énième stand de fimo et de divers accessoires. Ce stand est tenu par deux personnes très accueillantes et m’ont donné des conseils d’utilisation pour le moule que j’ai acheté.

Vous retrouverez leurs fournitures sur leur page de notre réseau social Facebook “Apprêts Créations Léa” ainsi que sur leur site qui ouvrira d’ici une quinzaine de jours.

Le rendez-vous est pris pour l’an prochain. Maintenant il ne me reste plus qu’à monter mes différents acessoires et perles pour réaliser de superbes bijoux que je vous dévoilerai lors de notre prochaine rencontre.

Shamballa et le monde !

 

Pourquoi est-ce que j’associe le shamballa au monde ? Et bien certains sont au courant, et pour ceux qui l’ignorent, ma fille Céline et son ami Jo partent d’ici une quarantaine de jours faire un très très long voyage.

Bangkok, l’Indonésie, le Laos, le Cambodge, le Vietnam, les Iles de Pâques, l’Australie et une partie de l’Amérique du Sud comme le Chili, l’Argentine, le Pérou, la Bolivie, Cuba. Voilà certains des pays qu’ils vont voyager. Je sais qu’il en manque mais la liste est tellement longue que je ne peux la citer entièrement. J’aurai d’autres opportunités pour vous en reparler.

A cette occasion, j’ai pensé que pour accompagner Céline dans son voyage, pourquoi ne pas lui offrir un shamballa.

Donc, ce matin, j’étais debout à 6 H et après mon petit déj, je me suis attelée à la fabrication de ce bracelet qui me tient très à coeur. Pour moi, il l’accompagnera tout au long de son voyage. Intérieurement, je souhaite qu’il les protège à tous les deux des embûches qu’ils pourraient rencontrer tout au long de leur parcours.

Voici un petit récapitulatif de la création des perles qui agrémenteront son bracelet.

 

 

Comme vous pouvez le constater, j’ai d’abord assemblé des petits boudins de 3 couleurs différentes. Ensuite, je les ai passés dans une seringue, puis j’ai découpé des tronçons de 4 cm pour les assembler et les mettre en forme de carrés. J’ai gardé quelques restes de pâte pour recouvrir les perles.

Après 30 mn de cuisson à 110°C et complet refroidissement à l’intérieur du four, je me suis lancée dans la confection du shamballa de Céline. Vous me direz que je pourrai aussi le lui offrir à l’occasion de sa fête, le 21 octobre prochain.

 

 

A venir d’autres bracelets avec de réelles perles shamballa.

 

Bracelet shamballa

 

 

 

Dans les différents bijoux que j’ai eu envie de créer, il en est une qui concerne les bracelets “shamballa”. Pour en connaître la signification, je vous propose de vous rendre ici pour comprendre ce qu’ils représentent car il serait trop long de rentrer dans les explications.

Avec les quelques perles que j’ai créées, je me suis donc essayée au tressage et à la réalisation de ce bracelet. Pour cela, j’ai une nouvelle fois fait confiance à un tuto trouvé sur mon Youtube favori.

Il manque encore des accessoires pour personnaliser mes bracelets et autres bijoux. Après un 1er essai que je garderai pour moi car il n’est pas parfaitement réussi, j’ai passé commande sur I-Perles.

 

 

 

Pour les prochains bracelets, j’ai donc inclus dans ma commande de superbes perles  tout particulièrement à ce style de bracelet.

 

 

De la cane au montage

Rappelez vous, je voulais m’essayer au millefiori. Qu’est-ce que c’est ? Pour les passionnés de la fimo, vous connaissez mais pour les débutants comme moi il y a encore quelques semaines je l’ignorais, c’est une manière de travailler différentes couleurs et de les associer et de les superposer pour finir par ne faire qu’une seule cane au final.

 

Alors, j’avais réalisé ma cane en vert, vert clair et blanc. Le résultat n’était pas trop mal pour une 1ère fois.

Après je n’avais plus qu’à réfléchir aux bijoux que je voulais monter. J’ai l’habitude côté vestimentaire de porter souvent du noir ou bien ma couleur préférée qui tourne autour du violet, du parme, de l’aubergine.

Mais le vert, je ne sais pas pourquoi, n’est pas une couleur habituellement que vous me verrez porter. Et bien, pourquoi est-ce que je ne changerai pas mes habitudes surtout avec l’hiver approchant, je me dois d’égayer un peu mes tenues sombres.

Voilà c’est décidé. J’ai donc, avec les accessoires commandés pendant mes congés, réalisé une paire de boucles d’oreilles.

 

 

Vous le voyez, l’image est un peu floue. Je m’en excuse mais j’ai un petit souci, je tremble. Et bien Christine, tu as pour t’aider un pied pour positionner ton appareil photo. Oui mais voilà, la réalisation des photos s’est faite en fin d’après-midi et à cette époque ci, la lumière baisse vite. Je n’aime pas faire les photos au flash donc ce sera pour une prochaine fois.

Pour accompagner ces boucles d’oreilles, une bague que j’avais préparé dans la semaine puisque j’ai passé quelques soirées seule, mon époux travaillant exceptionnellement de nuit.

 

 

En fait, cette bague est toute simple mais j’ai tenu à lui donner une forme un peu “cabochon”. La pâte pour une fois n’a pas été vernie mais pour les prochaines bagues, je m’y emploierai car je me suis rendue compte qu’en passant mes mains souvent sous l’eau, elle pâlit. Donc pour la protéger, puisqu’il en est encore temps, je vais la retoucher en lui appliquant 2 couches de vernis.

 

J’aime bien les bracelets et avec le chapelet de charm’s que javais acquis, un bien joli bijou est né que j’ai agrémenté avec une clé et un de mes personnages préférés de l’imaginaire, l’elfe.

 

 

Que manque-t-il à ma parure ? Ce que toutes les femmes en général aiment bien porter autour du cou. Comme j’ai utilisé des modèles de charm’s sur d’autres bijoux, je dois réapprovisionner mon stock. Ainsi ma parure sera complète.

Je suis débutante, il y a donc quelques défauts. C’est pour cela que cette parure sera mienne en attendant de progresser et de pouvoir offrir mes prochains bijoux.

 

Défi de l’après-midi

Quoi faire par ce dimanche après-midi ? J’ai envie de me tenter dans la réalisation d’une cane façon léopard mais à ma manière, avec mes couleurs. Pour une fois, et bien non, je n’utiliserai pas du mauve, ni du violet. Rien à voir avec ces couleurs.

Envie de vert ! Donc, me voilà à sortir toutes mes pâtes, mes ustensiles et je m’installe !

Après une bonne heure de modelage, je vous présente le résultat final. Ce n’est pas forcément très réussi mais ça se rapproche tout de même de la cane prise en exemple.

 

Quelle destination pour ces deux canes ? Et oui car en fait, j’ai pris plus de pâte que nécessaire et j’ai donc réalisé ces deux canes.

Sûrement, je vais me lancer dans la réalisation d’une parure de boucles d’oreilles assorties d’un collier. Le résultat ? Pas avant le week-end prochain car je reprends le chemin du travail demain et je n’aurai certainement pas le temps le soir en rentrant de retrouver une de mes activités favorites.

Boucles couleur azur

Après avoir travaillé hier après-midi au modelage de certains bijoux, j’étais impatiente en pensant à cette journée. En effet, j’allais réaliser une paire de boucles d’oreilles plus personnalisées que les précédentes.

En fait, pour cela, il me fallait bien entendu un tas d’accessoires que je n’avais pas jusque là : des aiguilles, des anneaux et tout un ensemble de perles couleur argent.

La 1ère difficulté a été de savoir de quelle manière j’allais monter mes perles en polymère. Un, puis deux, puis trois essais et j’avais trouvé exactement ce que je recherchais.

Sans mentir, j’y ai pensé facilement 3 heures parce que j’ai d’abord voulu trouver un guide, un tuto. C’est la 1ère fois que je réalise cette forme de bijoux et je ne peux m’aventurer sans quelques conseils.

Sans plus attendre, voici ma parure couleur azur.

 

 

Pas facile pour moi de choisir les différents charm’s intercalaires pour cette paire de boucles d’oreilles. Et puis surtout il m’a manqué une deuxième pince pour tenir l’anneau qui a permis de fixer le support. Mais ça y est, mon époux est dans le bâtiment et m’a donné 2 autres paires de pinces. Maintenant je suis plus à l’aise pour manier mes anneaux.

 

 

Pour mes prochains bijoux, je dois commander des petits accessoires tels que d’autres charm’s représentant des figurines pour varier encore plus mes réalisations.

Je serai un peu plus experte d’ici quelques semaines et j’espère pouvoir vous montrer très bientôt ma petite collection.

Noël arrive à grands pas et pourquoi ne pas envisager la réalisation de parures à offrir. Quoi de mieux qu’un bijou fabriqué de mes petites menottes.

 

Couleur bleu azur

 

 

Après quelques jours de silence, me voici enfin en week-end pour réfléchir à mes prochaines créations.

Un rapide choix parmi ma palette de couleurs, je fixe mon choix sur du bleu marine, du bleu ciel et du blanc. Comme à mon habitude, je révise mes leçons en visionnant les différents tutos. En fonction du matériel et des accessoires en ma possession, me voici : je malaxe mes différentes couleurs puis les assemble.

Je crée mes boudins que j’aplatis, que je tresse à plusieurs reprises. Quelle forme donner à mes bijoux ? Et puis surtout que vais-je réaliser comme bijou ?

Je réfléchis et puis comme de notre sortie au Pas de la Case voilà 2 semaines, j’ai ramené une montre au bracelet couleur bleu azur, c’est décidé. Ma parure sera assortie à ma nouvelle montre.

Je prépare devant moi les attaches pour les boucles d’oreilles, mes aiguilles pour percer les boules, mon support de bague carré.

Enfin, je monte ma bague très facilement. Ce qui a donné le plus de travail à mes petites méninges car je n’ai pas encore la technique pour fabriquer moi-même mes bijoux, c’est la manière d’assembler les différentes parties. Avant la cuisson ou après ?

Je me lance, faut bien sinon je vais la regarder pendant très longtemps et au final je n’en aurai rien fait de cette jolie pâte aux couleurs azur.

Qu’est-ce que vous en pensez ? Ca va le faire non ? Avant la cuisson, moi je la trouve très jolie cette future parure. Mais après, comment la terminer ? Ouille ouille ouille ! Je crois que je vais encore hésiter avant de voir le résultat final. De toute façon, si je la rate et bien tant pis, j’en serai pour la recommencer.

De toute manière, il n’y a qu’en faisant des erreurs qu’on progresse.

Allez, on enfourne pour 30 mn à 130°C. Impatiente de voir le résultat et surtout pour ne pas rater la cuisson en oubliant mon four, je programme sa durée.

Demi heure plus tard, je laisse mon projet refroidir et puis j’applique une 1ère, puis une seconde couche de vernis.

Au final, je ne suis pas trop déçue du résultat même si je trouve que ma parure a quelques petits défauts. Mais comme dit ma frangine,  L’Atelier d’Au, c’est là qu’on voit une création faite main.

J’ai fait pousser des roses !

Croyez moi ! Si si, j’ai décidé de faire pousser des roses. Mais je ne sais d’où elles viennent car je n’ai pas de graine.

En fait, mes roses sont nées de mon imagination ! Et oui mon imagination qui vagabonde comme moi je peux le faire depuis que j’ai découvert cette étrange pâte qu’on appelle polymère et qui donne soit d’étranges personnages, soit de magnifiques bijoux ou autres créations aussi magnifiques les unes que les autres.

Pour ma part, mes petites roses sont nées avec la curiosité dont je fais preuve en naviguant sur notre si précieuse toile. J’ai découvert à travers différents tutos comment créer de magnifiques roses. Et l’envie de faire naître mes propres roses m’est apparue comme une évidence.

Dans mes premiers achats, je n’avais pris que très peu de couleurs mais je ne pouvais pas ne pas acheter ma couleur préférée qui est le mauve. Donc la 1ère rose à créer a été moulée avec cette couleur parsemée de petits pigments brillants.

Ce week-end, j’ai complété mes accessoires et produits destinés à la fimo. Entrez autre, à défaut de feuilles d’or destinées à une prochaine parure de boucles d’oreilles, j’ai pu trouver une fine poudre d’or. Après la cuisson de ma rose et complet refroidissement, j’ai passé au pinceau une très fine couche de poudre d’or que j’ai fixée au spray.

Puis intriguée par les différentes manières de réaliser des roses, j’ai créé ma rose rouge que j’avais destinée à la monture d’une bague. C’était tout d’abord sans compter que le support bague que j’avais acheté samedi n’était pas le mieux adapté (il en existe diffférents modèles) et puis ma rose est un peu trop grosse pour être portée en bague. J’espère lui trouver une autre destination.

Je suis depuis peu inscrite dans un groupe ouvert sur Facebook, “Fimoti Fimota” et là j’ai pu rencontrer des personnes charmantes, qui ont la même passion que moi. Car oui, je dois l’avouer, la fimo est devenue très rapidement une passion et je ne peux plus m’en passer. Quand je termine ma journée au boulot, je voudrais avoir la même journée mais à ne pratiquer que cette nouvelle activité.

N’avoir que du temps pour moi, pour visionner des tutos qui m’aident à progresser et à trouver de nouvelles idées. Voilà, c’est pour cela que je suis impatiente d’être à la retraite, pour pouvoir faire tous les jours ce que j’aime. Mais bon, ne rêvons pas. J’en ai encore pour quelques années.

Donc si je n’ai pas trop de temps de libre, j’essaie d’en trouver un peu et le destine à la fimo comme à d’autres activités manuelles mais qui ont moins d’intérêt pour l’instant que celui que représente cette merveille pâte, qui s’adapte aux formes que vous voulez bien lui donner.

Alors ce matin, ayant du temps devant moi avant de prendre la route pour mon travail, j’ai réalisé une nouvelle rose, venue tout droit de mon imagination. J’ai tressé deux petits boudins de couleur rouge et blanche. Je les ai travaillés de façon à faire apparaître quelques nervures blanches. En voici le résultat, qui je dois le dire, a été plus rapide que pour les précédentes car je n’ai pas été obligée de la recommencer plusieurs fois. Je la voulais beaucoup moins grosse que les autres car celle-ci sera montée en bague après mon prochain achat. Ici, elle n’a été ni vernie ni recouverte de poudre d’or comme pour les 2 autres.

J’espère que mes premières fleurs vous ont plu. En attendant de nouvelles créations, je vous invite à découvrir notre groupe sur Facebook où vous serez accueillis amicalement.