Pochette rose fushia

Au cours de la semaine dernière que j’ai passée chez AuJardindeNicolette, je me suis tout d’abord lancée dans la couture d’une pochette fushia. J’ai ainsi appris la manière de la monter en commençant par le patron à découper, poser la fermeture éclair et assembler par étape chaque partie.

Voici le résultat dont je suis fière. Je compte bien recommencer dès que j’aurai trouvé les tissus adéquats.

 

pochette fermée

T

Pochette ouverte

pochette terminée

Je m’en faisais un monde mais après les différentes suivies avec attention, je réalise que tant qu’on n’a pas essayé, on ne peut pas savoir si on en est capable ou pas et j’en suis certaine maintenant, nous en sommes toutes capables.

Merci à toi Nicole pour ta patience à m’expliquer les techniques, les astuces pour gagner du temps quand on a enfin confiance en son travail et merci pour m’avoir guidée dans chaque réalisation.

Cadeaux pour ma Princesse

Bonjour,

Je ne vous ai pas annoncé l’immense surprise que m’ont faite mon fils et ma belle-fille au mois d’août dernier. En fait, ils sont venus sous un faux prétexte et au moment de me dire bonjour, mon fils me tend une bouteille de champagne. Tout d’abord je n’ai pas bien compris mais à y regardant de plus près, j’ai découvert la photo d’une échographie. Et oui, voilà la surprise. Ils allaient devenir parents et moi Mamie. L’émotion trop forte a déclenché des larmes de bonheur. J’attendais impatiemment cette future naissance. Avec 3 enfants, je me demandais quel serait le 1er à me l’annoncer. Mais si je ne viens qu’aujourd’hui vous en parler et vous montrer mes réalisations, c’est que je tenais à leur en faire la surprise jusqu’à dimanche dernier où je leur ai offert ce que j’avais confectionné avec amour et tendresse.

bebe_212 (1)

Alors imaginez-vous que dans ma petite tête, aussitôt la nouvelle annoncée, j’ai pensé à tout ce que j’allais pouvoir réaliser autant au tricot, au crochet et même pourquoi pas me relancer dans la couture, domaine où je suis une grande débutante.

Il a fallu tenir ma langue pour respecter leurs désirs pour ne pas l’annoncer à ma confidente, Nicole. Mais j’ai tenu ma promesse.

J’ai acheté tout le nécessaire pour me lancer dans la confection d’un petit accessoire très pratique et surtout qui maintiendrait le bébé au chaud.

La 1ère tenue que j’ai souhaitée réaliser est une kallounette, du nom de sa créatrice. Elle m’a donné beaucoup de mal mais j’ai fini par en venir à bout.

Kallou1

Kallounette

Ce modèle est un modèle déposé avec licence que vous pourrez retrouver chez « Les Moutons de Kallou« . Je suis heureuse de savoir que mon 1er petit-enfant (on ignore encore à ce stade de la grossesse le sexe de ce bébé) sera bien au chaud dans ce petit nid douillet.

Ensuite, j’ai hésité car je ne savais plus quel projet mettre en route. Comme je l’ai dit, je suis débutante et donc pas très experte en matière de couture, de choix de tissus à associer, d’accessoires à coudre sur la matière, des techniques de couture. J’ai bien des choses à apprendre car des erreurs j’en ai commis tout au long de mes avancées.

Qu’aura besoin la future maman ? De beaucoup de choses mais que puis-je réaliser qui soit plus simple que la kallounette et donc plus rapide à réaliser ? En fait, Nicole m’a confié un livre extraordinaire regorgeant de différents patrons destinés à la réalisation de toute une panoplie d’articles pour bébé.

intemporels-pour-bebes

C’est donc tout naturellement que j’ai choisi de coudre des bavoirs.

1ers bavoirs2

Au cours d’une petite visite à ma pharmacie, j’ai découvert dans un panier une petite chose qui a éveillé ma curiosité. J’ai demandé à la pharmacienne à quoi cela pouvait-il bien servir. J’ai découvert en fait une petite boîte où cacher les 1ères dents de lait d’un bébé. Sans hésiter, j’ai demandé à la pharmacienne de la rajouter à mes achats. J’ai trouvé cette petite boîte marrante et je me suis dit que je surprendrais les parents qui sont en effet restés surpris ignorant son utilisation.

Ma petiote1

N’est-elle pas rigole cette poupée ?

Autant je me suis mise à la couture parce que je sais que je pourrai réaliser de jolies petites tenues, autant l’envie de tricoter m’est revenue. Faut dire que j’ai des périodes où je ne cesserai de tricoter et d’autres où je n’ai envie de rien, pas inspirée du tout. Mais voilà, l’approche de cette naissance m’a donné des envies de faire quelques vêtements et de me lancer dans la réalisation de chaussons. Et bien oui, à 53 ans je n’avais encore jamais réalisé de chaussons.

1ers chaussons

Et pourquoi pas une 2ème paire à associer avec une petite tunique.

Tunique & chaussons

Merci à Nicolette, ma grande soeur, qui au cours d’une semaine passée à la maison, m’a appris à tricoter les chaussons. Je m’y suis reprise à plusieurs fois mais à force d’acharnement, mes petits chaussons en blanc et en mauve ont vu le jour et j’en suis très fière. En fait, j’ai réalisé que c’était beaucoup plus facile que je ne pensais.

Ensuite, le choix de mes créations s’est précisé. En effet, nous avons appris après échographie que ma belle-fille attendait une petite-fille. Faut que je vous dise que cette nouvelle m’a comblée de bonheur. Il y a tellement de tenues que l’on peut réaliser pour les petites filles que j’étais heureuse de penser aux petites robes que je pourrai lui coudre.

Mais avant tout, j’ai décidé de réaliser pour ma petite-fille une tenue douillette dans laquelle elle pourra dormir bien au chaud. J’ai donc choisi de lui faire une gigoteuse japonisante en taille 6 mois mais un petit problème est venu contrecarrer mes projets. Alors de 6 mois, j’ai dû opter pour la taille en 1 an. Qu’est-ce qu’elle nous a donné comme soucis cette gigoteuse, hein Nicole. Tu t’en souviendras de celle là. J’ai cru bien faire en achetant du jersey velours pour le côté extérieur. Mal m’en a pris car le choix que j’ai fait en tant que débutante nous a amenés à tout redéfaire. Il y avait toujours un défaut quand ce n’était pas la machine à coudre qui me compliquait la tâche. Au bout du compte et avec l’aide de Nicole, la gigoteuse est enfin née, toute douce avec des appliqués pour faire ressortir la blancheur et la douceur de ce tissu.

P1000460

En fait, en la regardant à nouveau, je réalise que j’aurai dû déplacer mon ptit hippopotame un peu plus sur la droite. Mais bon, ma gigoteuse je la trouve super !

Pour ma petite princesse, j’ai eu envie de lui faire un doudou. Par forcément le 1er car en général ce sont les parents qui le lui offrent. Mais si elle pouvait aussi adopter mon petit lapin, j’en serai très heureuse.

Doudou lapin1

Pour finir de vous parler de mes 1ères réalisations,  voici la 1ère robe cousue avec beaucoup d’amour et dont je suis aussi très fière. Un peu de dentelle pour donner encore plus de grâce à une petite robe d’été taillée en 6 mois.

Petite robe d'été

Robe d'été 6 mois 2

Et voilà, tout ce que j’ai eu beaucoup de plaisir à préparer pour ma petite-fille qui ne tardera plus à naître, la naissance étant prévue aux alentours du 26 mars.

En attendant, je lui confectionne un petit gilet au tricot que je vous dévoilerai dans un prochain article.

Et surtout merci de votre patience, je sais, je suis bavarde…

rwlsfttu

Bonne Fête Nicole !

 

Je sais, à cette heure-ci tu dors mais voilà comme une fois de plus, ma nuit est écourtée, j’en profite pour te dédier cet article en cette journée un peu spéciale.

Spéciale ? Oui ! pour deux raisons. La 1ère car tu t’en souviens aujourd’hui c’est ta fête, alors il m’est donné du temps pour t’écrire un petit article et en même temps de faire un peu de pub frangine.

Alors je commence par te souhaiter une

 

 

Et puis la 2ème raison est la suivante. En même temps que ta fête, nous fêtons aussi la Saint-Nicolas qui est une tradition notamment en Alsace, en Lorraine…

 

 

« La Saint Nicolas, qui est fêtée le 6 décembre, est une tradition vivace dans plusieurs pays d’Europe. Lors de cette fête, des cadeaux et des friandises sont distribués aux enfants sages par Saint-Nicolas, un personnage bienveillant qui se substitue parfois au Père Noël« ,  explication empruntée sur Galon.net

 

Cette journée nous fait  entrevoir l’approche à petits pas des fêtes de fin d’année et donc du jour de Noël pour lequel je sais que tu travailles de tes petites mains.

Alors, les copinautes, si l’envie vous titille, surtout n’hésitez pas et rendez-vous chez « L’Atelier d’Au » qui n’est autre que ma grande soeur et qui réalise de superbes accessoires pour les fêtes qu’elle en mis en vente chez « Fait-Maison » ainsi que des tenues pour ses petits-enfants, garçons et filles.

C’est un régal pour les yeux de voir la perfection de ses réalisations même si je sais que Nicole est très modeste. Mais je tiens à le signaler car vous n’aurez pas souvent la chance de rencontrer une couturière amatrice aussi perfectionniste que ma frangine.

Nouveautés chez Kallou

 

Qui ne connaît pas Les Moutons de Kallou ? En fait, Valérie tient une boutique et vous donne la possibilité de réaliser de magnifiques modèles à partir de tutos destinés à un usage personnel mais en aucune façon commercial. D’ailleurs, j’ai en instance sa kallounette que je destine à ma petite-fille qui naîtra fin mars 2013.

Alors voilà, cette nuit j’ai reçu une info de Kallou. Son nouveau shop vient d’ouvrir et j’en profite donc pour partager l’info et en même temps vous prévenir qu’un nouveau concours est organisé. La date limite d’inscription est fixée au 12 avril 2013 minuit et le tirage au sort aura lieu le vendredi 13.

Pour pouvoir participer, commencer par découvrir sa page et vous trouverez ainsi toutes les infos utiles à l’inscription pour ce concours.

Donc un petit clic sur Kallou vous emmènera tout droit dans sa boutique que je vous conseille vivement de prendre le temps de visiter.

 

Surtout n’oubliez pas de publier son article soit sur votre page Facebook soit dans votre blog et d’insérer l’un des deux liens dans les commentaires que vous laisserez à la fin de son article.

Il est encore un peu tôt pour le croissant et le café mais je vous souhaite tout de même

 

 

 

Késako un snood ?

Depuis un certain temps, on entend parler de snood ! Mais késako ? Faudrait sortir de ta campagne calmontaise ma pauvre Kristen. Un snood, c’est un tour de cou que tu enfiles par la tête. Il peut être réalisé en polaire, en laine bouillie, en tissu ou tout simplement composé de deux matières différentes avec tout de même une préférence pour une partie très chaude. En effet, le but du snood c’est bien de tenir chaud à votre cou si fragile.

Et en surfant sur mon réseau social préféré jeudi matin, j’ai découvert que Céline avait partagé un article où j’ai découvert des snoods magnifiques, aux dessins psychédéliques, aux couleurs chatoyantes. Arrivée sur mon lieu de travail, j’ai reçu un sms de sa part me demandant si je pouvais lui en faire un pour son tour du monde puisqu’une partie de son voyage se déroulera pendant une période où les tenues chaudes seront de rigueur.

En fait, je ne sais pas si vous connaissez le site Elf’ik mais la créatrice réalise de très beaux sarouels, des snoods comme je viens de vous le dire. Rendez-vous chez elle je pense que vous serez d’accord avec moi sur la beauté de ses créations.

A première vue, à lire les tutos, réaliser un snood ne me paraissait pas très compliqué. Mais c’était sans compter que Kristen est un peu têtue et qu’une fois de plus, je n’ai voulu faire qu’à ma tête et me suis dit que pas bien compliqué le snood, alors pourquoi suivre un tuto que je me suis ingéniée à imprimer en couleurs, et qui plus est au boulot.

Contente de moi, j’envoie une photo de mon tour de cou en cours à ma frangine. Et là, le téléphone sonne. Oui Nicole, que se passe-t-il ? Surtout ne m’annonce pas de mauvaise nouvelle ! Et bien si, Nicole pense que je me suis trompée mais bon si je suis sûre de moi, c’est bien ! En fait, elle avait fait la même que moi et s’est retrouvée avec un chauffe-main.

Comme je ne dors pas beaucoup, samedi matin, j’ai réfléchi qu’il valait mieux tout défaire et remonter mon snood pour qu’il ait sa véritable utilité.

Je l’ai monté pour qu’au réveil de mon homme, je puisse enfin utiliser ma MAC et le piquer. Je voulais que Céline puisse l’emporter avec elle pour son voyage et je pensais l’avoir terminé pour le lui remettre à midi puisque nous les avions à manger. Mais bon entre ménage, cuisine, achat du pain et du gâteau, ça n’a pas été possible.

A son arrivée, après quelques embrassades, le tour du jardin puisque nous avons été gâtés par la météo ( il faisait super chaud pour la mi-novembre), elle a essayé son tour de cou. « Maman, si tu pouvais m’en faire un peu plus large et moins long », je pourrai me couvrir la tête lorsqu’il fera froid et puis comme nous traverserons des pays musulmans, ce serait bien que je puisse me couvrir la tête« .  Pas grave pour celui-là, je me le garde et je l’apprécierai dès lundi pour me rendre au boulot vu que les températures annoncées sont à la baisse.

 

 

Alors comme je tiens à faire plaisir à ma fille, après leur départ, heureusement j’avais encore assez de tissu et de polaire, j’ai coupé le nouveau snood aux dimensions désirées et 1 h 30 après, je pouvais lui envoyer la photo de mon chef d’oeuvre. Elle est enchantée et moi de même.

 

Vu la quantité de tissu et de polaire encore disponible, mon dimanche sera principalement occupé par la réalisation de deux autres snoods. Alors si ça vous dit, rendez-vous sur ma page de « Fait-maison », ils seront en vente.

 

 

 

 

Défi remporté !

Coucou, me voilà de retour. Oui je sais, il y a longtemps que je n’ai pas posté mais voilà, aucun projet en vue et surtout le départ en congés pendant une dizaine de jours au bord de la Méditerranée. Mais ça y est, je suis revenue et j’espère pouvoir poster régulièrement.

Il y a quelques temps, le groupe « Couture Plaisir » dans lequel je me suis inscrite a lancé un nouveau défi : réaliser un chapolaire pour le 30 septembre. Mon envie d’y participer était très forte et quand j’ai lu le tuto, je me suis dit : pourquoi pas ? Après tout, même si je ne gagne pas (ce n’était pas mon but), au moins je vais réaliser pour la 1ère fois un couvre-chef qui me plaît beaucoup et puis comme il n’y a pas longtemps que je me suis remise à la couture, ce sera une nouvelle expérience pour moi.

Donc, me voilà lancée dans l’achat de polaire noire et d’une doublure. C’était sans compter que je n’avais pas lu les explications très précises qui stipulaient qu’il ne fallait justement pas utiliser de la doublure car le chapolaire n’aurait pas de tenue.

J’ai réalisé mon chapolaire mais voilà, arrivée au moment de le mettre sur ma tête, en fait, on aurait dit que je portais le couvre-chef d’un célèbre peintre. LOL. Et oui, c’est l’image que j’ai donnée à ma frangine lorsqu’elle l’a vu sur moi. J’en rigole encore car ce chapolaire était bien trop grand. Je m’étais trompée dans les dimensions. J’avais confondu rayon et diamètre. Les maths et moi, nous n’avons jamais été copains.

Alors, lorsque ma frangine est venue passer quelques jours à la maison, elle a entrepris de le découdre car elle se doutait qu’il y avait de grandes chances que je laisse tomber ce défi. Je débute dans la couture et voyant le résultat de mon travail, j’étais dégoûtée. Je devais partir en congés 2 jours après et à notre retour, je pensais que je n’aurai pas trop de temps pour le refaire.

Et voilà, frangine tu as bien fait et je t’en remercie car sans toi, je n’aurai jamais remporté mon propre défi.

Et comme les choses ne devaient pas se faire aussi facilement, ma MAC a fait des siennes. D’abord, l’aiguille ne voulait pas prendre le fil du dessous, ensuite j’ai eu droit au bourrage. Alors après 2 H à chercher à comprendre pourquoi ma MAC me jouait de vilains tours, j’ai cherché de l’aide sur mon site favori. Tenter de coudre avec du papier journal sous la polaire pour qu’elle glisse mieux lors de la piqûre, changer d’aiguille par une spéciale jersey, régler différemment la tension du fil et la largeur du point. Mais non, ma MAC était bien décidée à me mettre des bâtons dans les roues.

Alors Nicole, une fois de plus mon ange gardien, m’a conseillé de refaire ma canette. Faut que je vous dise tout de même que je l’avais déjà refaite au tout début du montage. J’ai donc refait cette maudite canette qui était la cause de tous mes soucis. Et après 4 H de travail de méninge, j’ai eu la magnifique surprise de voir un joli travail de piqûre sur mon chapolaire.

Je suis heureuse, ça y est ! J’ai réussi et remporté mon défi. Mon chapolaire est enfin terminé et j’ai le grand plaisir de vous montrer le résultat final !

 

 

Je suis tellement heureuse de l’avoir terminé que j’ai soudainement l’envie d’en réaliser un autre. Mais pour celui-là, je vais prendre le temps de trouver le tissu et la polaire. J’ai déjà ma petite idée et je vous propose de vous montrer le résultat d’ici quelques jours.

Si vous l’avez trouvé réussi, si vous avez aimé cet article, partagez le et surtout revenez me voir très rapidement car j’ai un autre projet en tête à vous faire découvrir. J’aurai grand plaisir à lire vos commentaires. J’ai en tête un projet très précis pour une occasion très particulière et destiné à une personne très particulière.

 

A ton tour !

Après confections multiples pour les autres, il est bien normal que Nicole pense aussi à se faire plaisir en réalisant pour elle-même des toilettes pour renouveler sa garde-robe. En même temps, avec le choix multiple des tissus que nous offrent les différents commerces et la toile, quoi de plus plaisant que de porter une tenue réalisée soi-même.

Il y a quelques semaines, une journée entre soeurs et nous voilà lancées dans la réalisation d’un mannequin en scotch. A l’époque, je n’avais pas le scotch adéquat pour le réaliser. Scotch orange, bien trop mou même après plusieurs tours, le mannequin n’a pas la même tenue que celui de Nicole.

Donc, me voilà en quête de bons rouleaux de scotch marron.

Après mon rendez-vous hier matin chez ma coiffeuse pour la couleur et les mèches, faut bien que je soigne ma tenue moi aussi, je prends la direction de Grenade rejoindre ma frangine.

Un bon café, du papotage entre soeurs, commentaires sur les différents défis auxquels nous nous sommes toutes les deux inscrites, un bon repas, du café, quelques courses pour Nicole qui souhaite aménager son coin couture.

Et nous voilà de retour ! A l’attaque les filles ! A moi la rigolade pour scotcher ma frangine. Façon de parler me direz-vous ! Nicole enfile un vieux tee-shirt, des restes de tissus pour enrouler autour de son cou.

Les premiers tours de scotch sont donnés, sur les hanches, à la taille, sous la poitrine. Je suis presque à la lettre le tuto conseillé par quelques copinautes.

Heureusement la journée d’hier n’était pas aussi chaude que lors de la réalisation de mon mannequin. Malgré tout, au bout d’une petite heure, j’ai commencé à avoir des suées. Un rouleau de scotch entier, des tours et des contours sur les hanches, à la taille ne suffira peut-être pas pour être certaine qu’il ait de la tenue. Pas facile de voir si j’ai oublié des épaisseurs alors je n’hésite pas à en rajouter car j’ai pris avec moi 3 rouleaux entiers, donc j’ai de la marge. D’ailleurs, Nicole commence à en ressentir les raideurs sur son corps et ses mouvements sont moins aisés.

Allez, je ne vous fais plus mariner. Pratiquement 1 H et demi après la pause des premiers morceaux de scotch, voilà le résultat qui satisfait totalement Nicole car on constate qu’effectivement le choix du scotch est important ainsi que l’épaisseur.

 

Super ! Maintenant frangine, à toi de bosser. On attend impatiemment de voir ton 1er bustier ainsi que tout ce que tes petites mains pourront réaliser à partir de ce mannequin en taille réelle.

A toutes, je souhaite un

 

 

Partage bien mérité !

Avec ma grande soeur, je me suis remise à la couture il y a environ 2 mois mais je ne suis pas aussi douée qu’elle.

Alors n’ayant pas les mêmes talents pour réaliser des tenues qui me font une grande envie, je lui ai passé commande au début de l’été pour 2 ensembles sarouels.

Aujourd’hui, elle a terminé mon 2ème ensemble par la réalisation de son premier bustier à partir de l’ouvrage « Les Cahiers de Couture » de Créapassions.

Et comme elle vient de publier son article concernant son dernier ouvrage, j’ai envie de vous le faire partager. Alors, n’hésitez pas. Allez visiter son blog et vous constaterez qu’elle a de réels talents de couturière. Tout est dans la finition mais aussi sa touche personnelle pour customiser une tenue.

Habitant à 70 kms environ l’une de l’autre, pour peaufiner la position des appliqués, nous avons échangé en vidéo pour vérifier les moindres petits détails.

Merci à toi Nicole d’avoir pris autant de soin à réaliser ce bustier.

Prenez un peu de temps et vous ne regretterez pas ce voyage dans

 

 

L’Atelier d’Au

 

 

 

La housse de ma MAC

Pour organiser ma reprise en main de ma machine et me lancer à nouveau dans la réalisation de vêtements et autres accessoires, ma grande soeur Nicole a passé tout un week-end à la maison.

Nous avons avant tout commencé l’achat de fournitures essentielles à une couturière, même débutante (ciseaux, mètre de couturière, bobines de couleurs de base, épingles, canettes supplémentaires, crayons marqueur) et avant tout le 1er article qu’une couturière doit posséder le découd-fil.

1ère leçon : Nicole m’a permis de découvrir les différentes utilisations de ma machine à coudre SINGER comme les différents points, comment réaliser une canette, enfiler mon fil, surpiquer, réaliser une boutonnière. Tout une série de possibilités dont j’ignorais leurs existences.

Avec le tissu couleur anis acheté chez Mondial Tissu, Nicole m’a donné les différents conseils pour couper les différents morceaux de la future housse de ma MAC.

 

Après une journée de travail et reprise le lendemain, ma machine à coudre avait sa propre housse, housse très pratique qui évitera à la poussière de l’envahir.

Et voilà ! Tadam !!!

 

 

Retrouvailles avec ma MAC

OUI retrouvailles avec ma MAC. En effet, j’ai cousu il y a des années en tant que débutante pour confectionner les costumes de carnaval de mes trois enfants. Puis le temps manquant car les enfants grandissaient et que je ne m’accordais plus de temps pour m’occuper de moi, j’ai laissé tomber la couture.

Il y a quelques semaines, ma grande soeur « http://aujardindenicolette.com/ » m’a poussée à faire partie de son groupe de couture. A force de persuasion, je me suis lancée. Il fallait tout d’abord que je ressorte ma MAC et sur les conseils d’une de ses amies du groupe, Edwige, ma machine a repris un air de jeunesse.

J’ai réalisé pour commencer une jupe droite avec un tissu Wax,  toute simple avec une taille élastiquée .

Pour l’accompagner, j’ai choisi un top en taffetas, top que j’ai modifié par rapport à l’original, avec les conseils de ma soeur.

 

 

Je ne suis pas une professionnelle, juste une débutante qui tente de trouver une activité qui lui apporte le plaisir de réaliser elle-même ses vêtements.

Pour l’instant, et parce que je suis toujours en activité, je ne peux coudre tous les jours. Un tee-shirt est en cours de réalisation et doit subir encore quelques modifications.